Elle s'appelait Grace Kelly

À propos de
cette émission

France 3
120 minutes
04/09/2020
Serge de Sampigny

synopsys

Depuis le palais de Monaco, et en présence du Prince Albert, Stéphane Bern propose une soirée exceptionnelle consacrée à Grace Kelly avec un film inédit réalisé par Serge de Sampigny qui raconte, à travers des photos et des films privés, la vie de cette star de Hollywood devenue princesse de Monaco. Son fils le Prince Albert a accepté de dévoiler ces films de famille, ces archives inédites. Ce film est un trésor d’archives familiales qui montrent Grace Kelly comme on ne l’a jamais vue et livre le contrechamp intime d'une star internationale. Une autre Grace, si loin de son image officielle. Une autre femme derrière l’icône : une femme libre, sans façon, facétieuse, imprévisible et surtout très humaine. Ces premiers films privés nous entraînent dans son enfance, tournés par son père en 1932, quand elle n'avait que trois ans. On la voit évoluer avec les années, jusqu'à ses 18 ans. Une petite fille discrète, différente, qui ne s'intéresse pas au sport et préfère se raconter des histoires, seule dans sa chambre. Les films amateurs reprennent en 1952. Devenue actrice de cinéma, elle tourne au Kenya avec Ava Gardner et donne la réplique à Clark Gable. Avec sa propre caméra, elle filme le campement, les acteurs, les lions... Son mariage avec le Prince Rainier sera l'un des événements médiatiques de l'année 1956 : ce documentaire montre les photos inédites de son voyage de noces. En se mariant et en renonçant à être actrice, Grace Kelly s'est rattrapée en filmant elle-même ses propres personnages, ceux qui l'entouraient. Comme le lui avait montré Alfred Hitchcock, elle aimait tenir elle-même la caméra. Et elle n'a jamais cessé de se filmer avec son mari Rainier, ses enfants, Albert, Caroline et Stéphanie, ses amis d’Hollywood, pour conserver le souvenir de ses plus belles années. Ces images inédites sont commentées par le Prince Albert ainsi que par les amis et la famille américaine de Grace Kelly, qui ne s’étaient que rarement exprimés sur le sujet. A la fin du documentaire, Stéphane Bern s’entretient avec le Prince Albert, au sein du palais, pour recueillir ses souvenirs très personnels et émouvants sur sa mère dans des décors qui lui étaient chers. Coproduction : Patrick Spica Productions / Electron Libre Productions / Réalisation : Romain Perrot, Dorothée Cochin, Véronika Siejak, Sophie Lessage, Pierre Lascar - Rédaction en chef : Andréa Riedinger, Arnaud Levert, Hervé Bouchaud  

CAPTURE 56
CAPITAL ZOO-ASSEMBLAGE. FOR MIX XPORT8
GRAND CENTRAL

Pour plus d'informations