La France en vrai. Sauve qui peut... l'amour !

À propos de
cette émission

France 3 Normandie
52 minutes
01/02/2021
Madeleine Sultan

synopsys

Elles croyaient vivre le grand amour. Elles étaient maltraitées. Alors elles ont décidé de fuir. Une fuite rarement sans danger. Qui peut se révéler pleine de pièges, de ratages. Et les institutions, les forces de l'ordre et la justice sont souvent dépassées par l'immensité des drames vécus. Alors que les féminicides se multiplient dans le pays, et que la gendarmerie est gravement mise en cause dans une affaire, ce documentaire enquête sur le difficile combat de ces femmes pour échapper à la violence et retrouver leur liberté... Marie était sage-femme dans le Calvados, Emilie fleuriste à Trouville, Sophie chargée d'affaires dans une banque de Caen. Toutes ont rencontré l'amour au pays. Toutes disent encore aujourd'hui, comme Marie : Jamais je n'avais été adulée, admirée, fêtée de cette façon. J'étais la femme, l'Unique. Tout en moi était louangé, célébré, magnifié. Aucune ne s'est doutée qu'elle était tombée amoureuse d'un Barbe-bleue, que cet amour là était un piège, un miroir aux alouettes. Qu'une fois mariée ou vivant avec un homme profondément pervers sous ses abords aimables, le piège de la violence et de la terreur allait se refermer sur elles pendant des années. Dans la campagne ou les petites villes de province, tout se sait très vite. Mais on préfère le silence ; tout le monde a peur de se mêler de ce genre d'histoire. D'ailleurs même les victimes se taisent et défendent leur bourreau. Jusqu'au jour où elles se réveillent. C'est le moment de ce réveil et le long chemin vers la liberté retrouvée que ce documentaire a l'intention de raconter et de questionner. Comment se sauver ? Où aller ?  Qui peut vous aider ? Comment le faire lorsqu'on a été coupé de tout et de tous pendant des années et quand celui qui vous menace vous fait suivre et surveille le moindre de vos actes ? Quel est le rôle des institutions ou des associations ? Comment prouver à la police, et surtout à la justice que son calvaire est réel, qu'on demande une protection urgente à la loi et à ceux qui sont chargés de veiller à son application ?  Comment échapper à la fureur du mari maltraitant une fois qu'on a osé dévoiler ses méfaits ? Comment faire protéger ses enfants, s'il y en a, si le juge exige qu'ils voient leur père, même violent ? Comment retrouver un travail ? Comment réapprendre à vivre tout simplement ? En partant de ce moment-clef où ces femmes maltraitées - alors qu'elles pensaient vivre un grand amour- décident de fuir, de ne plus subir, ce documentaire retracera toutes les étapes de cette fuite, avec les rebondissements, les ratages, les aides, l'âpreté de la volonté de s'échapper et de vivre jusqu'au dénouement final. Chaque étape de cette fuite organisée, vécue et racontée par nos témoins sera l'objet d'un focus, d'une enquête sur les différentes solutions existantes comme les insuffisances de notre société. Emilie était fleuriste à Trouville, propriétaire de son magasin. A 26 ans, elle rencontre dans une association de commerçants, un homme de 20 ans son aîné, qui a un magasin de jouets, et qui commence à lui faire une cour intense. Appelons-le Fabien. Elle ne tombe pas amoureuse dès le début, mais son ardeur, l'immensité apparente de son amour et sa fantaisie la séduise. Au bout d'un mois seulement, Fabien quitte sa compagne pour s'installer avec Emilie. Pendant deux ans, la vie est belle et tout s'enchaîne très rapidement. Nouvelle voiture, nouvelle maison. Tout lui semble plus beau, plus simple, plus gai. Elle peut enfin s'appuyer sur quelqu'un. Elle sent bien-mais comme dans un brouillard- qu'elle ne conduit plus sa propre vie, mais qu'importe puisque l'amour est là. Ensuite c'est comme un embrigadement sectaire. Elle subit apparemment de plein gré une sorte de lavage de cerveau. Marie, sage-femme et poète, a échappé à une vie de violence et de peur. Elle a tiré de son expérience traumatisante une pièce de théâtre qui sera jouée en Mars 2020 à Bolbec et à Carentan. Son témoignage nous permet de mesurer une réelle progression quant au regard que notre société pose sur les femmes maltraitées. Marie rencontre son mari au cours d'un récital de poésie. C'est à la fois un scientifique et un musicien, qui joue du violon avec talent.  Appelons-le, comme Marie le fait : H.B.

122AMO200000 SAUVE QUI PEUT L AMOUR_VI 09

Pour plus d'informations